Ahmad Ahmed, président de la CAF arrêté entendu par la police française pour crimes financiers

0
322

PARIS – Le vice-président de la FIFA, président de la Confédération africaine de football, a été arrêté jeudi à Paris pour interrogatoire, un jour avant le début de la Coupe du Monde Féminine.

Le responsable, Ahmad Ahmad, a été arrêté dans un hôtel de luxe par la police dans le cadre d’une enquête pour corruption fondée sur des allégations d’actes répréhensibles portés par son ancien secrétaire général à la Confédération africaine de football, Amr Fahmy.

La FIFA a confirmé qu’Ahmad avait été arrêté, mais a déclaré qu’elle « ne connaissait pas les détails de cette enquête et qu’elle n’était donc pas en mesure de faire de commentaire à ce sujet ».

« La FIFA a pris note des allégations relatives à M. Ahmad Ahmad, qui est interrogé par les autorités françaises au sujet d’allégations relatives à son mandat alors qu’il était président de la CAF », a déclaré l’organisation de football dans un communiqué.

La détention d’Ahmad risque de faire oublier la dernière édition de la Coupe du Monde Femmes et le couronnement de cette semaine de Gianni Infantino à la présidence de la FIFA pour un second mandat. Si les accusations portées contre lui sont fondées, cela porterait un autre coup dur à la réputation de l’organisation et à ses efforts de réforme, qui ont été frappés par un scandale de corruption de 2015.

La détention d’Ahmad est particulièrement embarrassante pour Infantino.

Son ascension depuis son relatif anonymat à la présidence de la CAF, l’une des plus grandes confédérations régionales de la FIFA, a été soutenue par Infantino, qui a traversé l’Afrique en 2017, exprimant son soutien à Ahmad, un ancien responsable politique malgache.

«La FIFA est maintenant à l’abri des scandales qui ont terni sa réputation et cette même détermination devrait prévaloir dans les organes directeurs tels que les confédérations. La FIFA sera à l’avant-garde pour veiller à ce que cela soit respecté par tous les acteurs du football « , a ajouté le communiqué de la FIFA.

La pression monte sur Ahmad depuis plusieurs mois. La FIFA a entamé une enquête sur lui le mois dernier après que Fahmy, l’ancien secrétaire général de la CAF, ait soumis un dossier exposant un certain nombre de violations potentielles de l’éthique.

Ahmad a nié toutes les allégations, affirmant qu’elles faisaient partie d’un complot dirigé par d’anciens employés mécontents. Il a déclaré à une réunion de responsables africains il y a deux jours qu’il demanderait une réunion spéciale pour les tenir au courant, dans un climat d’inquiétude croissante.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here