«Nous voulons de l’eau» disent les habitants alors qu’Abidjan s’assèche

0
20

ABIDJAN (Thomson Reuters Foundation)

Tous les jours, Kouakou Marie Laure se lève à 1 heure du matin pour aller chercher de l’eau pour sa famille.

La mère de trois enfants porte un seau sur la tête et va jusqu’à la source d’eau abordable la plus proche, à quelques kilomètres de là, environ une douzaine de fois pour reconstituer le réservoir de 200 litres de la famille.

L’eau dure généralement deux jours de boisson, de bain, de nettoyage et de lavage du linge.

Laure, complètement épuisée à la fin, n’est souvent pas finie avant le lever du soleil. Ensuite, elle doit à nouveau travailler toute la journée en tant qu’assistante dans une école voisine.

«Parfois, je n’ai pas assez d’énergie et nous devons survivre pendant un certain temps sans beaucoup d’eau», a déclaré le joueur âgé de 39 ans, qui transpirait sous le dur soleil d’Abidjan.

Sa maison en blocs de béton, partagée entre quatre familles, réside à Abobo, un quartier défavorisé aux infrastructures extrêmement limitées et au manque d’eau courante dans la partie nord de la plus grande ville de la Côte d’Ivoire.

La croissance démographique rapide, l’urbanisation croissante et les changements climatiques ont rendu plus difficile l’approvisionnement en eau à Abidjan et ont entraîné des pénuries chroniques, selon les habitants et les experts.

« Depuis les années 1970, le changement climatique a entraîné une chute des précipitations d’environ 10% à 20%, ce qui signifie que les réserves d’eau souterraines sur lesquelles la ville s’appuie ne sont pas reconstituées et ont diminué », a déclaré Bamory Kamagaté, spécialiste des sciences de l’eau à Université Nangui Abrogoua à Abidjan.

La déforestation, l’urbanisation et l’agriculture ont également réduit la qualité de l’eau naturelle, a-t-il ajouté, tandis que la «croissance incontrôlée» de la population a accru la demande.

Le taux de fécondité en Côte d’Ivoire est de 4,8 naissances par femme, l’un des plus élevés au monde, selon la Banque mondiale.

En 2015, 40% des Africains de l’Ouest vivaient dans des zones urbaines et les projets des Nations Unies atteindront 60% en 2050.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here